Marcelle Alix Marcelle Alix

Life and Lies

Tobias Kaspar

09.11.2012 - 22.12.2012, vernissage 09.11.2012

Tobias Kaspar notices the signs of time passing and human life in the stiffness of models, in the collective ornaments, in the empty and forever duplicated gestures, in games and charade, in the medium of advertising, in fashion and in the way of life. Nothing surprising then when in 2011, the artist decided to create, with his accomplice Hannes Loichinger: The Provence City Guide: Nice, in which the traveller can benefit from the best advice to have a wonderful day, directly steered to the best hotels, bars and restaurants of the city. Recently, he launched a jeans edition, marketed at the Andreas Murkudis concept store in Berlin. What really counts in this work, as in what can be seen of the exhibition Life and Lies, is not the similarities found in a dissected fashion, but the slow apparition of a uniform. It is without doubt in the languor, the slow motion and the tranquil details that individual consciousness is best proclaimed.

The irony displayed by the artists of the end of the 20th century is here reconsidered. It is not, any more, a matter of distancing oneself, denouncing, or placing oneself outside something one is commenting on. If certain critics did underline the contiguity of Kaspar's approach to Philippe Thomas's and his agency Les Readymade appartiennent à tout le monde® - which adopted a deliberate critical approach of the art institution and the market - the parallel is not so immediate. The end of the 80's and the beginning of the 90's saw the onset of an economic thought, where virtual and real intermingled, after the collapse of the communist system, only ideological challenger of capitalism. In 2012, capitalism now rules everything and everyone - thus the artist chooses a position of internal action in the system, without his criticism being clearly expressed as one. Far from thinking like an agent of an entryism still attached to the 20th century, we can imagine Kaspar gliding in a fictionalized reality, as described by the philosopher et psychoanalyst Slavoj Zizek (1).
The end of the 20th century was branded by the "transparency ideal" of architectural avant-gardes and the tertiary aesthetic, which came of it. For the curator and critic Guillaume Désanges, it is the shift from the physical transparency (the one of office buildings) to its moral equivalent (the possibility to be seen at any time leads to the adoption of a happiness mask) which goaded the de-realization effect (2). The world Tobias Kaspar depicts here is no more about transparency: it is the escalating contamination of reality by fiction, by publicity and by an ideal of a mercantile happiness, the one described as the "desert of the real" by Morpheus to the hero of The Matrix (3). In our 21st century, products only exist through their brand or their western version, marketed for an average consumer: we don't drink coffee but Starbucks, like the coffee plants are only known to us through the greenhouses where they are exhibited in the big European cities. This is what Tobias Kaspar's works were about (Espresso, Capuccino, Americano and the Sentimental Style series), the ones we showed at the occasion of the exhibition Blue is in Fashion this Year in September 2011. Soda is Coca-Cola, and even museums become globalized brands (think about the Louvre, the Guggenheim and their branches). The real is an image, a symbol, a sign; it becomes impossible to divide the symbolic and the concrete. "The ultimate truth of the capitalist utilitarian despiritualized universe is the dematerialization of 'real life' itself, its reversal into a spectral show" analyses Slavoj Zizek.

With this new exhibition, Tobias Kaspar offers us a series of black and white photographs where we see him, dressed as a snowboarder, riding up snowy slopes. The self-portraits he here produces only confirm this contemporary adherence between the real and its commodification. When we see these pictures, though comparable to simple family memories, one cannot but think of these late night shows on Eurosport, and their endless loop of snowboarders grappling with alpine and American glaciers, or even a glossy version of the generic advertising images of Burton and Quicksilver. Tobias Kaspar's work seems to endlessly ask the same question: how can one do something new when every image that can be produced is always attached to its mainstream version, a product of mass culture? Seizing at once images undeniably linked to a planetary culture enables to apprehend the problem in a different way. No, we will not invent any "new" image: art then aims at staging these images, hackneyed by advertising and the mainstream media. Tobias Kaspar uses the power of such products, and the desire marketing creates around them. For whether it be the film The Devil wears Prada in the installation Lumpy Blue Sweater (2010) or the Guggenheim brand in Bodies in the Backdrop (Halle für Kunst, Lüneburg, 2012), the process is similar: Kaspar extracts the familiarity we sustain with these cultural products to change the layout of our relationship with these same signs. The works in the exhibition linked with the Parisian catwalk by Belgian stylist Raf Simons in 2009, notably the display where Kaspar places the hairpieces, which the models wore on the nape of their necks, may bestow some material reality to a world of glossy paper. Or is the stake here to isolate an object in the gallery to give it an uncertain, changing, dubious, status, in complete opposition with its magazine version?

(1) Welcome to the Desert of the Real, London: Verso, 2002; Paris: Flammarion, 2005
(2) "Rien que pour vos yeux", in Intouchable. L?idéal transparence, exhibition catalogue, Paris:  Xavier Barral / La Villa Arson, 2007
(3) 1999, dir. Lana and Andy Wachowski

Born in 1984, Tobias Kaspar currently lives in Berlin. His work has been subject to personal exhibitions at the Halle für Kunst of Lüneburg (2012, cur. Valérie Knoll and Hannes Loichinger), at the Alex Zachary gallery in New York (2011), and at Hermes und der Pfau in Stuttgart (2009). He recently took part in the following exhibitions: Made in Berlin, Hamburger Bahnhof, Berlin, La demeure joyeuse, Francesca Pia gallery, Zürich (cur. Anne Dressen), That?s the way we do it, Kunsthaus Bregenz (cur. Yilmaz Dziewior), How to work (more for) less, Kunsthalle Basel (cur. Annette Amberg and Adam Szymczyk), Test Transmission, Artspace, Auckland, New Zealand (cur. Caterina Riva). His exhibition Bodies in the Backdrop is still on show until December 22 at the Peter Kilchmann gallery in Zürich. He is also represented by Silberkuppe in Berlin.

Special thanks: Aurélien Mole, Sonia Droulhiole, Sabrina Tarasoff, castillo/corrales, Guillaume Désanges.

Tobias Kaspar est un drôle d'oiseau. Le genre d'oiseau détaché mais parmi nous. Un regard attentif porté sur les choses sans distinction. Il va chercher les signes du temps et de la vie humaine dans la raideur du mannequin, dans les parures collectives, dans les gestes vides et sans cesse répétés, dans le jeu et la parade, dans les supports d'une publicité, dans la mode et le mode de vie. Rien de surprenant lorsque l'artiste décide en 2011 de créer avec son complice Hannes Loichinger : The Provence city guide: Nice, dans lequel le voyageur pourra bénéficier d'astucieux conseils pour passer du bon temps, dirigé vers les meilleurs hôtels, bars et restaurants de la ville. Récemment, il lançait une édition de jeans commercialisée au concept store Andreas Murkudis à Berlin. Ce qui compte dans ce travail comme dans ce qui est visible dans l'exposition Life and Lies, ce ne sont pas les points communs d'une mode partagée, mais la lente apparition d'un uniforme. C'est sans doute dans la lenteur, le ralenti, et les détails tranquilles que s?exprime le mieux la conscience individuelle.

L'ironie dont ont fait preuve les artistes de la fin du 20ème siècle est ici reconsidérée. Il ne s'agit plus de prendre de la distance, de dénoncer, de se placer à l'extérieur de quelque chose que l'on commente. Si certains critiques ont pu souligner la proximité de la démarche de Kaspar avec celle de Philippe Thomas et de son agence Les Readymade appartiennent à tout le monde®, qui adoptaient une approche délibérément critique de l'institution artistique et du marché, le parallèle n'est pas si immédiat. La fin des années 80 et le début des années 90 ont vu l'avènement d'une pensée économique où s'entremêlent virtuel et réel, suite à l'effondrement du système communiste, seul challenger idéologique au capitalisme. En 2012, le capitalisme s'est imposé à tous, et l'artiste choisit une position d'action intérieure au système, sans l'attaquer frontalement. Loin de le penser comme l'agent d'un entrisme resté attaché au 20ème siècle, on peut imaginer que Kaspar évolue dans le réel fictionnalisé, décrit par le philosophe et psychanalyste Slavoj Zizek (1)
La fin du 20ème siècle a été marquée par « l'idéal transparence » des avant-gardes architecturales et par l'esthétique tertiaire qui en a découlé. Pour le commissaire et critique Guillaume Désanges, c'est le glissement de la transparence physique (celle des immeubles de bureau) à son équivalent moral (la possibilité d'être vu à tout moment a pour conséquence l'adoption d'un masque du bonheur) qui a provoqué un effet de dé-réalisation (2). Le monde que Tobias Kaspar dépeint n'est plus celui de la transparence : c'est un stade avancé de contamination du réel par la fiction, par la publicité et par un idéal de bonheur mercantilisé, c'est celui du « désert du réel » désigné au héros de Matrix (3) par le personnage de Morpheus. Dans notre 21ème siècle, les produits n'existent qu'à travers leurs marques ou leur version occidentalisée, marketée pour un consommateur/ spectateur moyen : on ne boit plus du café mais du Starbucks, comme les plants de café ne sont connus de nous qu'à travers les serres qui les exposent dans les grandes villes européennes. C'était le propos des oeuvres de Tobias Kaspar (Espresso, Capuccino, Americano et la série Sentimental Style) que nous avions montrées à l'occasion de l'exposition Le bleu est à la mode cette année, en septembre 2011. Le soda est du Coca-Cola, comme le musée devient avant tout une marque mondialisée (Le Louvre, le Guggenheim et leurs succursales). Le réel est une image, un symbole, un signe, il devient impossible de séparer le symbolique du concret. « La vérité dernière de l'univers capitaliste, utilitariste et despiritualisé, c'est la dématérialisation de la "vraie vie", son renversement en un spectacle spectral » analyse Slavoj Zizek.

Tobias Kaspar nous propose pour cette nouvelle exposition, une série de photographies noir et blanc où nous le voyons, en tenue de snowboarder, remonter des pentes enneigées. Les autoportraits qu'il produit ici ne font que confirmer cette adhérence contemporaine entre le réel et sa « marchandisation ». En voyant ces images, pourtant assimilables à de simples souvenirs de famille, on ne peut s'empêcher de penser aux émissions de fin de soirée sur Eurosport et leur boucle continue de snowboarders aux prises avec les glaciers alpins et américains, voire à une version glossy des mêmes images génériques, publicités pour Burton ou Quiksilver.
Le travail de Tobias Kaspar semble poser incessamment la même question : que faire de nouveau lorsque chaque image que l'on peut produire est toujours attachée à sa version mainstream, produit de la culture de masse ? Se saisir d'emblée d'images qui sont indéniablement liées à une culture planétaire permet de prendre le problème à l'envers. Non nous n'inventerons aucune image « nouvelle » : l'art se conçoit, en suivant cette idée, comme la mise en scène de ces images éculées par la publicité et les grands medias. Tobias Kaspar utilise à ses fins le pouvoir de ces produits et le désir que le marketing réussit à créer autour d'eux. Qu'il s'agisse du film Le Diable s'habille en Prada dans l'installation Lumpy Blue Sweater (2010) ou de la marque Guggenheim dans l'exposition Bodies in the Backdrop (Halle für Kunst, Lüneburg, 2012), le processus est similaire : Kaspar récupère la familiarité que nous entretenons avec ces produits culturels pour ré-agencer notre rapport à ces signes.
Les oeuvres de l'exposition liées au défilé parisien du styliste belge Raf Simons en 2009 et notamment la vitrine où Kaspar place les postiches qui ornaient les nuques des mannequins viennent peut-être rendre sa réalité matérielle à un monde de papier glacé. Ou l'enjeu est-il simplement d'isoler un objet dans la galerie, pour lui donner un statut incertain, changeant, douteux, qui s'oppose à sa version magazine ?

(1) Bienvenue dans le désert du réel, Verso, Londres, 2002; Flammarion, Paris, 2005
(2) « Rien que pour vos yeux », in Intouchable. L?idéal transparence, catalogue d?exposition, éd. Xavier Barral / La Villa Arson, 2007.
(3) 1999, réal. Lana et Andy Wachowski

Né en 1984, Tobias Kaspar vit à Berlin. Son travail a fait l'objet d'expositions personnelles à la Halle für Kunst de Lüneburg (2012, cur. Valérie Knoll et Hannes Loichinger), à la galerie Alex Zachary à New York (2011) ou à Hermes und der Pfau à Stuttgart (2009). Il a participé récemment aux expositions Made in Berlin, Hamburger Bahnhof, Berlin, La demeure joyeuse, galerie Francesca Pia, Zürich (cur. Anne Dressen), That's the Way we do it, Kunsthaus Bregenz (cur. Yilmaz Dziewior), How to work (more for) less, Kunsthalle Basel (cur. Annette Amberg et Adam Szymczyk), Test Transmission, Artspace, Auckland, Nouvelle-Zélande, (cur. Caterina Riva). Son exposition Bodies in the Backdrop est visible chez Peter Kilchmann à Zürich jusqu'au 22 décembre. Il est aussi représenté par Silberkuppe à Berlin.

Remerciements: Aurélien Mole, Sonia Droulhiole, Sabrina Tarasoff, castillo/corrales, Guillaume Désanges.