Marcelle Alix Marcelle Alix
Projects

Nadine, Michel & Michel

Louise Hervé & Chloé Maillet

01.02.2014 - 15.03.2014, vernissage 31.01.2014


en français plus bas
1-15.02.2014: "Spring Water and Sea Monsters" performed by Pierre Viellard
19.02-1.03.2014: "The Ferryman" performed by Chloé Richez
5-15.03.2014: "Nautilus" performed by Louise Mariotte

Christ had said that souls, in order to be admitted into Heaven, must be righteous. Swedenborg added that they must also be intelligent; later on Blake stipulated that they should be artists and poets.

Jorge Luis Borges, The Book of Imaginary Beings, Penguin books, 1974, p.137


Many have already become acquainted to this multi-facetted body of work. We repeatedly hear how the duo formed by Louise Hervé & Chloé Maillet is bewildering, at times expatiative, as well as elusive. Some may even have a hard time telling them apart when they dress in their lecturer suits. It is therefore not without a gist of humour that they offer us, between surveys and minute inventories, a performance meant to help those who have no memory for faces. To these virtuoso of disguise, aware that they are of how public speech is forthwith theatrical, and how a simple accessory can facilitate time travel, the performances quickly filled their role in the preparation - or extension - of films, exquisitely D.I.Y., that they have been directing for the past few years, and whose genre relentlessly wavers. We will nevertheless underline, unassumingly, a pronounced taste for the creation of suspense works, for which the duo surrounds itself with a brilliant team, and stages a series of singular portraits: a young captive, of noble descent, wandering endlessly in dreary underground passages, fearing for her life, like something out of an English gothic novel, like The Monk, by Lewis. Or, another, of a young elegant man, from the great period of the spleen, who has a very peculiar painful relationship with the surrounding space.  Enthralled by the supernatural, the latter will literally be attacked by the wallpaper on his walls, which, after a heinous repulsion, will eventually and genuinely drown our hero under streams of blood.

The performances are privileged moments. They tell us of the value and charm of what briefly appears and leaves but little trace, if the fleeting expression of an enigma for the memory. They seem to evoke the existence of someone or something that artificially ages. The whole works of Louise Hervé & Chloé Maillet would be such stuff as this famous moment of Italian cinema, when Fellini films in the Rome underground the quasi-immediate flight of sublime roman figures, vanishing into thin air. The artists always apply themselves to sharing the pleasure that exists in being at the heart of the polyphony of the world, and in playing with oral transmission, which can, as it does in the exhibition, lead other insiders into taking over frameworks, calculated with utmost passion.

The exhibition Nadine, Michel and Michel is like a standalone book, inside which small successive cells indicate a differential experience of the languages (oral, written, filmed). It also seems to act as a film would, one which shows a dynamic and never-ending dispatch towards a meaning -but never final. To start, the visitor knows what to expect, even before opening the door. Let’s say he only has to unravel the thread. The artists are reaching out to him, through a text visible on the window, indicating in a clear and simple manner that the story evolves. This text is also meant for the three persons who, in turn, for the length of the exhibition, will embody the stories given to them beforehand. Yes, you will understand quite quickly. Nadine, Michel and Michel are subaquatic archaeologists - their mission is to embody three different scripts, thanks to which they can aspire to create variations as well as command an ever-stronger meaning to an ever-moving installment of phrasal fragments. The performance will repeat itself, but will be of short length. The consultation of the booklets done by the artists will last the time each spectator will give to it. And to adopt, in their own way, the profound metonymic nature of cinema, the treasure hunt will be maintained through the projection of a sequence of their next film, A Water Way, freeing itself from the blossoming of a freely flowing and continuous staging, to favour an assembly, taking into account the exhibition in its entirety.

This time, our two cinema lovers, bookworms, smitten ground investigators, link together their latest obsessions (the benefaction of spring water, and the eternal life of fish-men creatures) to a network of places, historical facts and marginal films. In the same way that this duo of artists practices orally, through performances, an elaborately constructed imaginary, there will always remain what makes them so wondrous and ambiguous: a comedy behaviour, not denying a certain innocence, which offers us, thanks to specific modulations, floating moments and silences, this moment  - as tangible as it can be - when something seems to arise, to improvise itself, through a unity of cultural and oratory codes.

CB


Louise Hervé & Chloé Maillet were born in 1981. They founded I.I.I.I. (International Institute for Important Items) in 2001, for which they produce performances, genre movies and installations. The Contemporary Art Gallery in Vancouver (CAN), the Synagogue de Delme (F), FRAC Champagne Ardenne (F), Kunstverein Braunschweig (DE) and Kunsthaus de Glarus (CH) organized solo presentations of their work. They recently took part in the exhibition Le Tamis et le sable, Maison Populaire de Montreuil (F), Le Ranch de la liberté, Les Capucins, Embrun (F), L’Origine des choses, La Centrale, Brussels (BE), Version Control, Arnolfini, Bristol (UK), An Ever Changing Meaning, Walter Philipps Gallery, Banff (CAN), L’Homme de Vitruve, Le CREDAC, Ivry-sur-Seine (F). In 2013, they produced original performances for Biennale de Lyon, FIAC, Parc Jean-Jacques Rousseau in Ermenonville, Fort du Bruissin in Francheville, Astérides in Marseille, Musée de l’Abbaye Sainte-Croix in Les Sables d’Olonne. They will present their film A Water Way at the Liverpool Biennial (summer 2014). Their first publication, Attraction étrange (2013), is available from JRP publishers.

Very special thanks to: red shoes / SOME SHOES (Olga Rozenblum, Soizic Perrodou), Mai Abu Eldahab, Musée de l’Abbaye Sainte-Croix (Gaëlle Rageot), Les Capucins art center (Solenn Morel), Arnolfini (Axel Wieder), deValence, Camila Renz, Aurélie Godard, Eléonore Cheneau, Sonia Droulhiole.




1-15.02.2014 : "Eau de source et monstres aquatiques" par Pierre Viellard
19.02-1.03.2014 : "Le Passeur"
par Chloé Richez
5-15.03.2014 : "La Nacre de mes nautiles"
par Louise Mariotte


Le Christ avait dit que les âmes, pour entrer au Ciel, devaient êtres droites; Swedenborg ajouta qu'elles devaient être intelligentes; William Blake demandera ensuite qu'elles soient artistes.
Jorge Luis Borges, Le livre des êtres imaginaires, éd. Gallimard, 1987, p.18


Beaucoup se seront déjà familiarisés avec ce travail aux multiples facettes. On entend souvent répéter combien le duo formé par Louise Hervé & Chloé Maillet est étonnant, à la fois prolixe et insaisissable. Certains auront même du mal à les distinguer lorsqu’elles revêtent leur panoplie de "conférencières". Ce n'est donc pas sans humour qu'elles proposent, au milieu de relevés et d'inventaires minutieux, une performance pour venir en aide à ceux qui ne sont pas physionomistes. Pour ces surdouées du déguisement, conscientes que la parole publique est immédiatement théâtrale et qu'un simple accessoire peut faciliter les voyages dans le temps, les performances ont vite joué leur rôle dans la préparation ou l'extension de films superbement bricolés qu'elles réalisent depuis plusieurs années et dont le genre varie inlassablement. On notera sans trop s'avancer un goût prononcé pour la création d’œuvres à suspense, pour lesquelles le duo s'entoure d’une brillante équipe et met en scène une série de portraits singuliers : une jeune captive, de noble descendance, errant dans de lugubres souterrains et craignant pour sa vie, dans la lignée de romans gothiques anglais comme Le moine de Lewis. Ou encore un jeune homme élégant, de la grande époque des là-bas et du spleen, qui entretient avec l'espace la plus douloureuse des relations. Happé par le surnaturel, il sera littéralement attaqué par le papier peint qui recouvre ses murs et qui finira, au terme d'une horrible répulsion, par véritablement noyer notre héros sous des flots de sang.

Les performances sont des moments privilégiés. Elles nous indiquent la valeur et le charme de ce qui apparaît brièvement et ne laisse que peu de traces, si ce n'est la formulation d'une énigme pour la mémoire. Elles semblent évoquer l'existence de quelqu'un ou de quelque chose qui vieillit en accéléré. Tout le travail de Louise Hervé & Chloé Maillet serait de la même étoffe que ce moment connu du cinéma italien, lorsque Fellini filme dans les souterrains de Rome la fuite quasi instantanée de sublimes figures romaines volatilisées au contact de l'air. Les artistes s'exercent encore et toujours à partager ce plaisir qu'il y a d'être au cœur de la polyphonie du monde et de jouer avec une transmission orale qui peut, comme dans l'exposition, induire que d'autres initiés s'emparent des trames qu'elles calculent avec passion.

L'exposition Nadine, Michel et Michel est comme un seul livre, à l'intérieur duquel de petites cellules successives indiquent une expérience différentielle des langages (oral, écrit, filmé). Elle semble aussi agir comme un film qui montre un dispatching dynamique et perpétuel, vers un sens qui lui-même n'est jamais définitif. D'abord, le visiteur sait avant même d'ouvrir la porte, ce qu'il en est. Disons qu'il n'a plus qu'à tirer le fil. Les artistes s'adressent à lui, à travers un texte lisible sur la vitrine, lui indiquant de façon claire et simple que le récit se déplace. Ce texte s’adresse également aux trois personnes qui vont tour à tour, le temps de l'exposition, incarner les récits qui leur auront été transmis au préalable. Oui, vous le comprendrez assez vite, Nadine, Michel et Michel sont des archéologues subaquatiques et leur mission est d'incarner trois scripts différents grâce auxquels ils peuvent prétendre créer des variations et imposer un sens de plus en plus fort au sein d'une suite tout aussi mobile de fragments syntagmatiques. La performance se répétera, mais sera de courte durée. La consultation d'ouvrages réalisés par les artistes durera le temps que chacun voudra bien y mettre. Et pour adopter, à leur manière, la nature profondément métonymique du cinéma, le jeu de piste se poursuivra à travers la projection d'une séquence de leur prochain film, Un passage d’eau, échappant ainsi à l'épanouissement d'une mise en scène fluide et continue, pour privilégier un montage qui tient compte de la globalité de l'exposition.

Cette fois, nos deux amatrices de cinéma, rats de bibliothèque et mordues d'enquêtes de terrain, relient leurs dernières obsessions (les bienfaits de l'eau de source et la vie éternelle des hommes-poissons) à un réseau de lieux, de faits historiques et de films marginaux. De même que ce duo d'artistes pratique à l'oral, à travers des performances, un imaginaire extrêmement construit, il subsistera toujours ce qui les rend si étonnantes et inclassables : un comportement de comédie qui n'évacue pas une certaine innocence et rend, grâce à des modulations spécifiques, des flottements et des silences, plus tangible encore ce moment où quelque chose semble surgir et s'improviser, à travers un ensemble de codes culturels et oratoires.

CB


Louise Hervé & Chloé Maillet sont nées en 1981. Elles ont fondé l’I.I.I.I. (International Institute for Important Items) en 2001, au sein duquel elles réalisent des performances, des films de genre et des installations. La Contemporary Art Gallery, Vancouver (CAN), la Synagogue de Delme, le FRAC Champagne Ardenne, le Kunstverein Braunschweig (DE) et la Kunsthaus de Glarus (CH) ont organisé des présentations solo de leur travail. Elles ont participé récemment aux expositions Le Tamis et le sable, Maison Populaire de Montreuil, Le Ranch de la liberté, Les Capucins, Embrun, L’Origine des choses, La Centrale, Bruxelles, Version Control, Arnolfini, Bristol (UK), An Ever Changing Meaning, Walter Philipps Gallery, Banff (CAN), L’Homme de Vitruve, Le CREDAC, Ivry-sur-Seine. En 2013, elles ont produit des performances originales pour la Biennale de Lyon, la FIAC, Le Parc Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville, Le Fort du Bruissin à Francheville, Astérides à Marseille, le Musée de l’Abbaye Sainte-Croix des Sables d’Olonne. Elles présenteront leur film Un passage d’eau à la Biennale de Liverpool (été 2014). Leur première publication, Attraction étrange (2013), est disponible aux éditions JRP.

Remerciements : red shoes / SOME SHOES (Olga Rozenblum, Soizic Perrodou), Mai Abu Eldahab, Musée de l’Abbaye Sainte-Croix (Gaëlle Rageot), Centre d’art Les Capucins (Solenn Morel), Arnolfini (Axel Wieder), deValence, Camila Renz, Aurélie Godard, Eléonore Cheneau, Sonia Droulhiole.