Marcelle Alix Marcelle Alix
Projects

Marie Voignier, Moi aussi j'aime la politique

+ "Dans la chambre d'ami·e·s" Ana Tamayo *

04.11.2022 - 07.01.2023, vernissage 04.11.2022


en français plus bas

* "For masterpieces are not single and solitary births; they are the outcome of many years of thinking in common, of thinking by the body of the people, so that the experience of the mass is behind the single voice." Virginia Woolf, A Room of One's Own.

"La chambre d'ami-e-s" ["The Guest Room"] is a series of invitations imagined by Marcelle Alix as an echo to the gallery's main programming. Because it is essential for us to multiply the voices heard in the gallery, to continue to think of it as a "place of one's own" turned towards artists, we open the space to new encounters that extend the body and spirit community that was born rue Jouye-Rouve, 13 years ago.




"The people sometimes demand change. They almost never demand art. As a consequence, art stands in a dubious relation to necessity — and to time itself. It is something to do, yes, but when it is done, and whether it is done at all, is generally considered a question for artists alone."
Zadie Smith, Intimations: Six Essays, Penguin Group, 2020.


Art can fill time. Available time from which a number of artists extract potential for political efficiency. But what about the actual implementation of radical political potential? Is art "something to do", as author Zadie Smith suggests, to keep on learning and adapting? Does art come into play at a time when we need in turn to take control and give shape to resistance? Previously in her exhibition ("Orbs and Eclipses"), Mira Schor questioned the silences descending from above — the moon in the face of the struggle for earthly supremacy and what to do with the time we have. How can we fill this time when some claim to be deciding the fate of the world by passing over the heads of the people? This relationship between a (universal) system and real existence is also present in the work of Marie Voignier, whose solo exhibition this is; and in that of Ana Tamayo, a French-Colombian artist whom we are inviting to launch a programme of exhibitions located in Marcelle Alix's guest roo — that is, a space, a "bubble of one's own", where we can dump the staggering flow of experience that endlessly falls upon us.

When Marie Voignier travels to China to meet African women entrepreneurs who have come to do business in Guangzhou, she creates this "bubble" by listening to them in the privacy of a hotel room, by discreetly following them into the shops they often occupy illegally, and even into the goods warehouses where, if everything goes well, more or less good copies of luxury brands will be shipped. Marie Voignier continued to talk with these women during the pandemic. These interviews are gathered in a book, Original Copy, in which each voice stands out as if Jacky, Julie, Remmie, Léa and Kelly were speaking directly to us. There are all these life paths and what they have in common: the time of hard-working women affected by loneliness and hardship, but also driven by an exceptional ability to adapt and the success prospects that go with it. They respond to a task that is both vital and uninterrupted. The exhibition at the gallery is the echo chamber of these women's voices. These voices are joined by those of migrants in the Roya Valley, where other forms of resistance are taking place. It is not enough to understand that there is a border to cross, one must receive the information without the usual distance. Information then becomes knowledge. It is burdened with the psychological relationship between the person who risks everything and the one who helps, supports, attempts solidarity action, selflessness: there is a fine balance to be found between what one gives and how the other receives what is given with the best intentions. One has to be there to understand it, to be destabilised by it as well as to act.

It was also necessary for Ana Tamayo to walk alone in the desolate Chocó District in Colombia in order to film the destruction and reconstruction of a tree leaf in 2015. In this short video, we see a close-up of the artist's hands that are busy rebuilding this leaf in the manner of Cocteau in Le testament d'Orphée [Testament of Orpheus] (1960), in which he resurrected a hibiscus flower through a fascinating backwards motion. It takes Ana Tamayo only two minutes to assemble the fragments of leaf blade around the main vein and its secondary veins. For Cocteau and Ana Tamayo, this act defends a discrepant and utopian time. It is the image of a transformation: that of the encounter with reality viewed from the perspective of destruction turned into something sweet and soothing. While Cocteau mixed his blood with the bright red calyx of the flower, Tamayo seeks to create meaning by mimicking the eternal return of what we have sought to remove, i.e. the eternal return of the "leaf"(1) as the recognition of ancestors and the active overcoming of any subordination or amputation attempt. All of Ana Tamayo's work is permeated by an affirmative "eco-feministqueer"(2) energy that is attentive to the food autonomy movements of the first peoples from South America. The video Letter to Isaac, addressed to her son, resembles the spanner thrown in the works advocated by Henry David Thoreau. Held by ever more hands, it could well stop the machine.

CB

(1) Ana Tamayo explained to me that the leaf is the symbol of mixing in the plant world, that she also refers to métissage, that of the (Indigenous and African) Abya Yala First Peoples and "notreamerique" ("ouramerica")? the way the Kuna, the indigenous people of Panama, named America before colonisation.

(2) Expression coined by Ana Tamayo in our exchanges to express a horizontal vision of the living and the non-living world and simultaneously deconstructing relations among human beings towards fluid genders.

translation: Callisto McNulty


Born in 1974, Marie Voignier lives in Paris. Her video work has been presented in various exhibitions and programs, most recently at Laxart, Los Angeles (2019), the Beirut Art Center (2018) and at Argos in Brussels (2018). She took part in the Singapore Biennial (2019), La Triennale, Palais de Tokyo, Paris (2012), the Rennes (2012) and Berlin Biennials (2010) and in the International Exhibition and Special Projects of the57th Venice Biennale. Her films are regularly shown in festivals, among which, FID Marseille (2022, 2017, 2014, 2011, 2010), The Viennale, Vienna International Film Festival (2017), the Berlinale, Berlin (2017) and screened in the film programs of major institutions: Centre Pompidou, Paris (2020, 2012, 2008, 2007), Monaco New National Museum (2016) and ICA, London (2015). Marie Voignier published two books : La Piste rouge (2017) and Original Copy (2022), both related to research and interviews made to produce two films, Tinselwood (2017) and Na China (2019) respectively. She was nominated for the Marcel Duchamp Award in 2018.

I Like Politics Too by Marie Voignier is a piece made within the Action Nouveaux commanditaires framework proposed by Fondation de France, with the mediation-production of thankyouforcoming.


Born in Granada (Colombia) in 1982, Ana Tamayo lives between Paris (France) and Medellín (Colombia). She graduated in 2014 from Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis (Master Visual arts and photography). In 2022, she is the laureate of Fondation Carasso and Cité Internationale des Arts program. She participated to the 65th selection of Salon de Montrouge (2021) and was awaraded the "First publication" prize from Tribew publishing. Her work was shown at Micro-Centre d'art l'Eprouvette, Paris (2019) and at Fondation d'Art Contemporain Casa Très Patios, Medellín (2016). She also participated to numerous collective exhibitions: at Cité internationale des arts, Paris (2017-2018), CAC MMaintenant Synesthésie, Saint-Denis (2017), 6b à Saint-Denis (2017) and the Off festival of Rencontres d'Arles (2017), with the Alter collective.

special thanks: Mariela Alzate, Alexis Argyroglo, Ami Barak and the team of 65th Salon de Montrouge, Igor Barbey, Pascal Beausse, Bétonsalon, Galerie Crèvecoeur, Sébastien Descoins, Lorena Diaz, Tony Evanko, Marie Gautier, Nina Leger, Sarah Lévénès, Claire Migraine, Anthony Plasse, Auriane Preudhomme, Virginia Quadjovie, Vassilis Salpistis, Isaac B. Tamayo, Josselin Vidalenc.


--

*
« Car les chefs d'oeuvres ne naissent pas isolés et solitaires ; ils sont le fruit de nombreuses années à penser en commun, à penser par le corps des gens, de sorte que l'expérience de la masse est derrière la voix solitaire. » Virginia Woolf, Un lieu à soi, nouvelle traduction 2020.


« La chambre d'ami·e·s » est une série d'invitations imaginées par Marcelle Alix comme un écho à sa programmation principale. Parce qu'il nous tient à coeur de multiplier les voix entendues dans la galerie, de continuer de la penser comme un "lieu à soi" tourné vers les artistes, nous ouvrons l'espace à de nouvelles rencontres qui étendent la communauté de corps et d'esprit née rue Jouye-Rouve il y a 13 ans.




« Parfois les peuples exigent des changements. Presque jamais ils n'exigent de l'art. En conséquence de quoi, l'art entretient une relation douloureuse avec la nécessité - et avec le temps lui-même. L'art est quelque chose à faire, oui, mais la question de savoir quand cette chose doit être faite, et si elle le devrait, est généralement considérée comme étant du seul ressort des artistes. »
Zadie Smith, Indices, Editions Gallimard, Paris, 2021, p. 44


L'art peut remplir le temps. Un temps disponible à partir duquel un certain nombre d'artistes extraient un potentiel d'efficacité politique. Mais qu'en est-t-il de la mise en oeuvre réelle de potentialités politiques radicales ? L'art est-il « quelque chose à faire », comme l'induit l'autrice Zadie Smith, pour continuer d'apprendre et de nous adapter ? L'art advient-t-il au moment où il nous faut prendre le contrôle à notre tour et donner une forme à la résistance ? Plus tôt Mira Schor aura questionné dans son exposition (« Orbs and Eclipses ») les silences qui descendent de là-haut, la lune face à la lutte pour la suprématie terrestre et quoi faire du temps que l'on a. Comment le remplir ce temps quand certain·e·s prétendent décider du destin du monde en passant par-dessus la tête des peuples ? Cette relation entre un système (universel) et une existence réelle est aussi présente dans le travail de Marie Voignier dont c'est l'exposition personnelle et dans celui d'Ana Tamayo, artiste colombienne que nous invitons à inaugurer un programme d'expositions situé dans  la chambre d'ami·e·s de Marcelle Alix*, soit un espace, une « bulle à soi » dans laquelle déverser le flot sidérant de l'expérience qui nous tombe dessus sans jamais s'arrêter.


Lorsque Marie Voignier se rend en Chine pour y rencontrer des femmes africaines entrepreneuses venues faire des affaires à Guangzhou, elle fabrique cette « bulle », en les écoutant dans l'intimité d'une chambre d'hôtel, en les suivant discrètement dans les boutiques qu'elles occupent souvent illégalement, jusque dans les entrepôts de marchandises où, si tout se passe bien, sont expédiées des copies de marques de luxe plus ou moins bonnes. Marie Voignier a continué à parler avec ces femmes pendant la pandémie. Ces entretiens sont regroupés dans un livre, Original Copy, dans lequel chaque voix ressort comme si Jacky, Julie, Remmie, Léa, Kelly s'adressaient à nous directement. Il y a tous ces parcours et ce qu'ils ont en commun : le temps des travailleuses acharnées affectées par la solitude et l'adversité, mais aussi galvanisées par une exceptionnelle capacité d'adaptation et les perspectives de réussite qui s'y attachent. Elles répondent à une tâche aussi vitale qu'ininterrompue. L'exposition à la galerie est la chambre d'échos de ces voix de femmes. Ces voix sont rejointes par celles des migrants de la Vallée de La Roya où d'autres formes de résistance sont à l'?uvre. Il ne faut pas simplement comprendre qu'il y a une frontière à traverser, il faut recevoir l'information sans la distance qui s'y glisse habituellement. L'information devient connaissance. Elle est chargée des ressorts psychologiques qui se tissent entre l'individu qui risque tout et celui ou celle qui aide, soutien, tente l'action solidaire, le désintéressement : il y a un équilibre ténu à trouver entre ce que l'on donne et comment l'autre reçoit ce qui est donné avec les meilleures intentions. Il faut être là pour le comprendre, en être déstabilisé·e et en même temps agir.


Il fallait aussi qu'Ana Tamayo marche seule dans la région délaissée du Chocó en Colombie pour y filmer en 2015 la destruction et la reconstruction d'une feuille d'arbre. Dans cette courte vidéo, nous voyons un gros plan sur les mains de l'artiste occupées à reformer cette feuille à la manière de Cocteau dans Le testament d"Orphée (1960), lorsqu'il ressuscite par un fascinant mouvement à rebours une fleur d'hibiscus. Deux minutes suffisent à Ana Tamayo pour réunir les fragments de limbe foliaire autour de la nervure principale et ses nervures secondaires. Chez Cocteau et Ana Tamayo, ce geste défend un temps divergent et utopique. C'est l'image d'une transformation : celle de la rencontre avec le réel entrevu sous l'angle de la destruction commutée en une chose douce et apaisante. Si Cocteau mêle son sang au calice rouge vif de la fleur, Tamayo se soucie de lever un sens en mimant l'éternel retour de ce qu'on a cherché à faire disparaître, soit l'éternel retour de la « feuille »(1) comme reconnaissance des ancêtres et dépassement actif de toute tentative d'infériorisation ou d'amputation. Tout le travail d'Ana Tamayo est traversé par une énergie « éco-féministequeer »(2) affirmative et attentive aux mouvements d'autonomie alimentaire issus des premiers peuples libres d'Amérique du Sud. La vidéo Lettre à Isaac, adressée à son fils, ressemble au bâton dans les roues préconisé par Henry David Thoreau. Tenu par des mains toujours plus nombreuses, il pourrait bien enrayer la machine.


CB


(1) Ana Tamayo m'explique que la feuille est le symbole du mélange dans le végétal, qu'elle se réfère aussi au métissage, celui des peuples originaires (indigènes et africains) d'Abya Yala et « notreamerique » la façon dont les Kunas, indigènes de Panamá nomment l'Amérique avant la colonisation.


(2) Terme utilisé par Ana Tamayo dans nos échanges pour exprimer une vision horizontale du vivant et du non vivant et dans un même mouvement la déconstruction des rapports entre humain·e·s tournée vers des genres fluides.


Née en 1974, Marie Voignier vit à Paris. Son travail vidéo a été notamment été présenté à Laxart, Los Angeles (2019), au Beirut Art Center (2018) et à Argos, Bruxelles (2018). Elle a été invitée à participer à la biennale de Singapour (2019), la Triennale, Palais de Tokyo, Paris (2012), les Ateliers de Rennes, Biennale d'art contemporain (2012), la Biennale de Berlin (2010), et à l'exposition internationale de la 57e Biennale de Venise (2017). Ses films sont régulièrement projetés dans les festivals parmi lesquels le FID Marseille (2022, 2017, 2014, 2011, 2010), la Viennale, Vienna International Film Festival (2017), la Berlinale, Berlin (2017) et inscrits dans les programmations d'institutions telles que le Centre Pompidou, Paris (2020, 2012, 2008, 2007), le Nouveau Musée National, Monaco (2016) et l'ICA, Londres (2015). Marie Voignier a publié deux ouvrages : La Piste rouge (2017) et Original Copy (2022), tous deux liés à ses recherches et aux entretiens menés en amont de la réalisation des films Tinselwood (2017) et Na China (2019) respectivement. Elle a été nommée au prix Marcel Duchamp en 2018.


Moi aussi j'aime la politique de Marie Voignier est une oeuvre réalisée dans le cadre d'une action Nouveaux commanditaires et proposée par la Fondation de France, avec la médiation-production de thankyouforcoming.

Née à Granada (Colombie) en 1982, Ana Tamayo vit entre Paris (France) et Medellín (Colombie). Elle obtient en 2014 un master II en Arts plastiques spécialisé en art contemporain et en photographie à Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis. En 2022, elle est lauréate du programme avec la Fondation Carasso et la Cité Internationale des Arts. Elle participe à la 65e sélection du Salon de Montrouge (2021) et remporte le prix « Première publication » de l'édition Tribew. Son travail a fait l'objet d'une exposition personnelle au Micro-Centre d'art l'Eprouvette, Paris (2019) et à la Fondation d'Art Contemporain Casa Très Patios, Medellín (2016). Elle a également participé à plusieurs expositions collectives notamment à la Cité internationale des arts, Paris (2017-2018), au CAC MMaintenant Synesthésie, Saint-Denis (2017), au 6b à Saint-Denis (2017) et au festival Off des Rencontres d'Arles en 2017, avec le collectif Alter.


Remerciements : Mariela Alzate, Ami Barak et toute l'équipe du 65ème Salon de Montrouge, Alexis Argyroglo, Igor Barbey, Pascal Beausse, Bétonsalon, Galerie Crèvecoeur, Sébastien Descoins, Lorena Diaz, Tony Evanko, Marie Gautier, Nina Leger, Sarah Lévénès, Claire Migraine, Auriane Preudhomme, Isaac B. Tamayo, Virginia Quadjovie, Vassilis Salpistis, Josselin Vidalenc.